Stratégie éditoriale : introduire pour optimiser

Tout ce que vous partagez sur vos réseaux sociaux doit être introduit de manière à servir votre stratégie éditoriale et votre sujet central. Une évidence ? Pas tant que ça, étant donné ce que l’on peut voir tous les jours.

Certes, choisir les mots pour introduire vos publications vous prendra du temps. Cependant, vous en verrez les résultats, sur moyen ou court terme. D’autant que l’expertise que vous mettrez en œuvre en prenant une connaissance approfondie d’un contenu vous évitera des erreurs d’interprétation. Rendre attrayant le sérieux d’une information, c’est servir votre ligne éditoriale et votre stratégie numérique.

Valoriser son propre contenu web

On publie sur les réseaux sociaux pour valoriser son propre contenu. L’introduire de manière efficace est primordial, pour donner envie à l’usager d’aller plus loin. La plupart des sites proposent des applications/extensions de partage automatique sur les réseaux sociaux. Cela peut paraître pratique – et d’un certain point de vue, ça l’est – mais pour ma part, j’en suis revenue assez vite. Besoin de tout maîtriser ? Peut-être bien, j’en parlerai à ma psy ! 🙂

Avec cette méthode, l’introduction reprend sans filtre les premières phrases de l’article. Et ce sans discernement ni adaptation aux médias sociaux. Voilà qui a fait dresser les cheveux sur ma tête de Community Manager. J’ai donc coupé tous les partages automatiques et posté mes propres articles comme je le fais pour mes commanditaires. C’est-à-dire en les introduisant de manière à faire interagir le contenu avec les réseaux sociaux concernés.

Comme pour un chapeau d’article de presse, on doit à la fois savoir de quoi vous allez parler – votre stratégie éditoriale doit être claire. Mais aussi avoir envie d’en savoir plus. Tout dire en laissant planer le suspense. Non, ce n’est pas impossible, mais cela demande beaucoup de travail. Pour quelques lignes d’introduction, que d’essais, de révisions, de réflexion. De ce point de vue, Facebook comme LinkedIn ont un avantage non négligeable : la possibilité de modifier ses publications !

QQOQCCP : nécessaire pour écrire, nécessaire pour introduire

Plusieurs stratégies s’offrent à vous pour attirer l’œil et éveiller l’intérêt : questionner, interpeller, commencer par nommer le sujet central en quelques mots voire en un seul…

Le fameux « Quoi, Qui, Où, Quand, Comment, Combien, Pourquoi » ou méthode de questionnement vous a été utile pour écrire votre article ? Elle va l’être aussi pour le valoriser.

Stratégie-éditoriale-réseaux-sociaux-introduire-vos-publications

Dans cet exemple, l’introduction n’est pas mal, mais il y a des choses à revoir, comme l’ordre des phrases. A tout prendre, la dernière phrase serait mieux en premier. Quoiqu’il en soit, plusieurs choses sont importantes : ni trop long, ni trop concis. Et l’on sait de quoi on va parler.

Introduction et meta description

Il est intéressant de faire apparaître également, si on y parvient en peu de mots, le comment et le contexte. C’est encore mieux s’ils se lisent entre les lignes. D’autant que l’extrait de contenu apparaissant dans l’aperçu du lien donne normalement des informations concises, complétant votre introduction. Dans cet exemple, il me paraît assez bien pour rester tel qu’il est. Cet extrait est non seulement utile pour le référencement de votre article via la meta description, mais aussi pour vos publications sur les réseaux sociaux. D’où l’importance d’y porter également une grande attention lors de la rédaction de votre contenu éditorial.

En effet, cet extrait apparaîtra également si un autre usager du web partage votre contenu sur ses réseaux sociaux. En tant que Community manager, je sais à quel point l’aperçu et la valorisation des articles est important pour la qualité d’une publication, quels que soient le contenu et sa qualité intrinsèque.

Valoriser sa veille pour servir sa stratégie éditoriale

Cliquer n’est pas poster. Derrière le clic, et surtout avant, on met en œuvre tout un travail d’analyse, de tri et de réflexion. S’il s’agit d’un contenu issu d’une veille informative, quand on sait tout le travail que cette dernière demande, il serait dommage de ne pas mettre en lumière la raison pour laquelle cette information – article, image, vidéo – a été retenue.

Même si votre veille est efficace, il a fallu écrémer les contenus pour tirer le meilleur de l’information sur votre sujet. Si vous voulez que tout ce travail soit efficace, l’étape suivante est de valoriser l’information. Pourquoi la publiez-vous ? Parce qu’elle apportera quelque chose aux usagers qui vous suivent. Et ceux-ci doivent le comprendre tout de suite, même si votre contenu habituel a installé la confiance. Il est important que vous montriez que votre publication n’est pas automatique : vous avez pris connaissance du contenu et savez pourquoi il est intéressant. A vous également de pointer sur une phrase clé de l’article, sur un participant, en le citant si possible. Vous pouvez également prendre un léger contrepied et cibler sur un élément pas forcément majeur de l’article. Ce dernier doit bien sûr intéresser votre réseau ou servir directement votre stratégie éditoriale.

L’expertise au cœur du post

Cette manière d’introduire ses postes montre une expertise, une réflexion : il ne s’agit pas de relayer aveuglément et votre travail de recherche d’information de qualité doit transparaître, que ce soit pour votre propre réseau professionnel ou pour ceux de vos clients.

stratégie-éditoriale-réseaux-sociaux-introduire-vos-partagesIci, sur les cinq innovations, seules les algues intéressaient le réseau. Sans l’introduction, les followers n’auraient pas forcément été voir plus loin et n’auraient pas compris le partage. La méthode diffère peu du partage de votre contenu propre : essayez juste de rendre service à votre réseau tout en rendant à César ce qui est à César. Le producteur du contenu partagé doit se sentir valorisé par votre post. Comme dans le cas d’un partage direct à partir d’un compte que vous suivez.

La stratégie éditoriale, c’est aussi partager efficacement

Parfois, c’est sur d’autres comptes que l’on trouvera son contenu éditorial. Rien n’empêche alors de le partager en direct.  Mais cela n’empêche pas de donner un minimum de corps à ce partage éclair en quelques mots bien choisis.

S’il s’agit d’un compte partenaire, cela permettra de valoriser son contenu : s’intéresser aux autres est un bon moyen pour qu’ils s’intéressent à soi. Cela vaut dans la vie, cela vaut aussi sur le web ! Sur Twitter, on peut plus facilement partager directement. Mais il n’est pas interdit, quand un lien est particulièrement intéressant, de donner un éclairage personnalisé au partage. Sur Facebook, c’est presque incontournable. Le partage brut me paraît peu judicieux, du moins sur un compte professionnel. Sur vos réseaux personnels – bien protégés – vous faites ce que vous voulez. A contrario, sur un compte pro, vous devez être toujours attentif à l’enrichissement intellectuel et informatif de vos fans ou de vos followers.

En résumé, gardez en tête que votre expertise et votre crédibilité doivent sauter aux yeux le plus souvent possible. Rendre attractifs vos posts tout en conservant votre crédit fiabilité est un grand défi de la structuration de votre stratégie numérique. Cependant, vous verrez que sur le long terme, vous y gagnerez en termes d’impact, de visibilité et de fidélité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *